„Ton année“ avec Anna P.

Séjour annuel en Équateur

02.11.2023

Neuvième article

En avril 2023, grâce au Rotary, j’ai eu l’occasion de visiter un endroit où peu de gens se rendent un jour : les îles Galapagos ! Avec d’autres étudiants d’échange du monde entier, qui sont devenus mes meilleurs amis, j’ai passé cinq jours dans cet endroit si impressionnant. Nous avons fait de la plongée en apnée, vu les célèbres tortues géantes des Galapagos et avons vécu beaucoup de choses. C’était définitivement un voyage unique.

Mais j’ai aussi déjà vu beaucoup de choses du pays : avec ma famille d’accueil, j’ai passé une semaine de vacances dans les Andes, avec ma meilleure amie, j’ai passé trois jours magnifiques chez ses parents dans un village isolé à la campagne et en janvier, j’ai également passé une semaine en Amazonie avec les autres étudiants d’échange. Nous y avons pêché des piranhas, fait des excursions dans la forêt, vu des animaux et des plantes uniques et accompagné une famille indigène pendant une journée, ce qui était incroyablement impressionnant. De manière générale, j’ai tellement appris sur les habitants et la culture de ce pays qui ne m’est plus si étranger que je me sens vraiment chez moi ici. Les Équatoriens sont vraiment très accueillants et se réjouissent de nous présenter leur mode de vie et leur pays. Je me suis également habituée à la nourriture, qui est généralement très bonne. Il n’y a que la portion de riz sec quotidienne à laquelle je ne m’habituerai jamais…

 

Huitième article

J’ai beaucoup aimé aller à l’école. J’avais une super classe et je m’entendais bien avec la plupart des professeurs. Mon école était l’école privée la plus chère de toute la ville et était généralement connue en Équateur. Cela se voyait aussi : l’école faisait très attention à son image positive et il y avait beaucoup d’événements où des personnes extérieures pouvaient visiter l’école. Comme l’école accorde une grande importance aux langues, j’ai suivi quelques cours en anglais, comme „Economics“ ou „Project and Design“. En outre, tous les élèves apprennent le portugais et dans les classes inférieures, il y a aussi des cours de français.

Mon école équatorienne était très différente de mon école suisse. L’une des plus grandes différences est que tous les élèves vont dans la même classe de la 1ère à la 13ème (classe de terminale). Il n’y a pas de subdivisions en différents niveaux de performance après quelques années. Il n’y a pas non plus de possibilité de commencer un apprentissage après 9 ans. En Équateur, après les 13 années de scolarité obligatoire, il n’y a qu’une seule option : entrer à l’université. Une autre grande différence est que l’enseignement est en général beaucoup plus décontracté qu’en Suisse. Il est tout à fait normal que les professeurs ne se présentent tout simplement pas parfois. Mais comme il n’est pas possible de quitter l’établissement seul, il faut être à l’école 7 heures par jour et il n’est pas possible de rentrer plus tôt ou d’arriver plus tard à l’école si jamais un cours est annulé.

De septembre à février, j’étais en 12e année (en CH, j’aurais été en 11e) et après deux mois de vacances (d’été), j’ai encore rejoint la classe de terminale pour les deux derniers mois. A chaque niveau, le professeur de classe change. Je m’entendais bien avec les deux, même si elles ne faisaient pas partie de mes enseignantes préférées.

Une chose que j’ai beaucoup appréciée et qui me manque maintenant beaucoup en Suisse, c’est le contact étroit et la cohésion de classe que les élèves avaient entre eux. Bien que l’école soit très grande pour les standards équatoriens (environ 1000 élèves), tout le monde se connaissait et on avait aussi beaucoup d’amitiés en dehors de sa propre classe. De manière générale, le sentiment de communauté a été fortement encouragé par la direction de l’école et les enseignants. La relation entre les enseignants et les élèves était également beaucoup plus étroite. Nous appelions par exemple nos professeurs par leur prénom et, à l’anniversaire de l’un d’entre eux, les élèves célébraient toujours cet événement par une petite fête dans la salle de classe.

 

Septième article

J’ai fait la connaissance de mon Rotary club dès le jour de mon arrivée. Comme mon père d’accueil était le président du club, il a invité tous les membres du RC à la maison ce soir-là. J’ai dû me présenter avec mes quelques connaissances en espagnol, nous avons pris des photos, j’ai remis le cadeau (un couteau suisse) que j’avais apporté pour mon YEO et mon club avait également un cadeau de bienvenue pour moi, ce qui m’a fait très plaisir. J’ai également été surprise de constater que le club était majoritairement composé de femmes et que la plupart des membres n’avaient pas plus de 50 ans.

Mais après cette soirée, je n’ai pas eu de contact direct avec le club pendant très longtemps, car je ne devais pas aller chaque semaine aux repas du club comme les autres étudiants d’échange. Mon père d’accueil m’a donné toutes les informations nécessaires pour les événements, comme par exemple une action de cadeaux dans une école publique juste avant Noël ou un déménagement de tous les Rotary clubs de la ville.

Mon club était très récent. Il a été créé en 2019 et j’étais la toute première étudiante d’échange qu’ils avaient acceptée. J’ai vite compris que beaucoup de membres du club ne savaient pas vraiment ce qu’ils devaient faire avec les étudiants d’échange, mais je savais qu’en cas de problème, je pouvais toujours écrire à ma YEO. De même, j’ai toujours reçu mon argent de poche mensuel à temps.nContrairement à de nombreux étudiants d’échange, je n’ai jamais eu à faire de présentation sur la Suisse devant mon club en Équateur. La seule présentation que j’ai dû faire était à la fin de l’année. J’ai dû parler de mes expériences et de ce que j’avais vécu pendant toute mon année d’échange, ce qui m’a beaucoup plu car cela m’a permis de réfléchir encore une fois à l’année et de me rendre compte de tout ce que j’avais vécu et appris.

Sixième article

J’ai eu la grande chance de me faire rapidement des amis. Je me suis liée d’amitié avec une autre étudiante d’échange suisse qui allait dans la même école que moi et nous nous voyions presque tous les week-ends. Nous nous sommes aidées mutuellement en cas de problème et elle a été une personne très importante pour moi cette année-là. C’était génial d’avoir toujours quelqu’un qui était dans la même situation que moi. Nous avons encore beaucoup de contacts et nous nous voyons régulièrement.

Mais j’avais aussi beaucoup d’amis équatoriens. Comme les Équatoriens sont très ouverts, je n’ai jamais eu l’impression d’être seule ou de ne pas avoir d’amis. J’avais toujours quelqu’un à qui parler, ce qui était très agréable. À l’école, tout le monde savait que j’étais un étudiant d’échange et beaucoup étaient intéressés à me rencontrer. Après quelques mois, j’ai trouvé ma meilleure amie et j’ai passé chaque minute avec elle à l’école. Elle était dans la même classe que moi. En décembre (donc après environ 3 mois), je suis allée chez elle pour la première fois et à partir de ce jour, nous sommes devenues inséparables. Je me suis aussi rapidement attaché à ses parents et ils sont rapidement devenus ma deuxième famille équatorienne (vous devez savoir que je n’ai jamais changé de famille d’accueil, mais j’ai passé beaucoup de temps avec la famille de ma meilleure amie, ce qui fait que j’avais l’impression qu’ils étaient ma vraie famille). Vers la fin de l’année d’échange, ils m’ont aussi souvent emmenée dans leur maison à la plage ou chez des membres de leur famille.

J’ai souvent dîné au restaurant avec mes amis ou nous nous sommes retrouvés chez quelqu’un. Parfois, nous allions aussi à des fêtes ou au petit parc d’attractions de la ville.
Mais ce qui est bien avec toutes mes amitiés équatoriennes, c’est que je garde toujours un contact étroit avec la plupart d’entre elles. Certains de mes amis prévoient de venir me rendre visite en Suisse dans les mois à venir et certains veulent même étudier en Europe. J’espère donc ne pas perdre ces contacts.

Cinquième article

Je ne pouvais absolument pas m’imaginer fêter Noël par 30°C, en short et en t-shirt, et j’étais très impatiente de vivre ces nouvelles expériences. Tout a commencé début novembre lorsque ma mère d’accueil a décoré toute la maison avec des guirlandes lumineuses clignotantes, des faux bonshommes de neige en carton et un sapin en plastique couvert de guirlandes brillantes.
En Équateur, on ne fête pas vraiment l’Avent mais à l’école, neuf jours avant Noël, on présente chaque matin des crèches élaborées, appelées „novenas“, avec beaucoup de chants et parfois des intermèdes dansés. Chaque jour, c’est une classe différente qui s’y colle. Le dernier jour d’école, c’était le 23 décembre, il y avait une grande fête de Noël avec toute l’école et le point fort de la journée était que nous n’étions pas obligés de porter l’uniforme scolaire, mais que nous pouvions venir à l’école en vêtements ’normaux‘.

Je savais que Noël sans ma famille et les traditions habituelles ne serait pas facile pour moi, et c’est ce qui s’est passé. Le soir du 24 décembre, ma famille d’accueil a passé la soirée avec la famille de ma tante d’accueil. Après la distribution des cadeaux et environ 1000 photos, nous avons dîné peu avant minuit. J’avais espéré ne pas devoir manger de riz au moins à Noël, mais j’ai vraiment sous-estimé les Équatoriens et leur amour du riz, et j’ai donc eu droit à une grande assiette de riz et de viande le soir de Noël également…
Toute la soirée, j’ai eu un fort mal du pays et les jours suivants ne se sont pas beaucoup améliorés. Ma famille et Noël en Suisse en général m’ont incroyablement manqué. La période de Noël a malheureusement été l’une des plus difficiles de mon année d’échange. Mais avec le début de la nouvelle année, mon mal du pays a disparu et je me suis lancée dans l’année 2023, pleine d’enthousiasme pour les six mois à venir.

Quatrième article

Ma famille d’accueil était composée de mes deux plus jeunes sœurs d’accueil et de mes parents d’accueil. Mes sœurs d’accueil avaient neuf et seize ans. Dès le début, je me suis très bien entendue avec ma famille d’accueil et je me suis rapidement sentie chez moi. Ils se sont donné beaucoup de mal pour que je me sente vraiment chez moi et m’ont intégrée dans la famille dès le début. En outre, la famille comptait également trois chiens et un chat, qui sont rapidement devenus mes soutiens émotionnels.
J’ai également eu la chance que ma famille d’accueil passe beaucoup de temps avec leurs proches. Nous mangions presque tous les soirs et tous les midis chez ma grand-mère d’accueil. J’ai donc eu beaucoup de contacts avec mes cousins, mes oncles, mes tantes et même mes arrière-grands-parents. Cela m’a donné en plus le sentiment d’avoir trouvé une deuxième famille.
Mais c’est avec ma petite sœur d’accueil que j’ai passé le plus de temps. Même si elle était encore très timide les premières semaines et me parlait très peu (ce qui était aussi dû à mon manque de connaissances en espagnol), nous avons développé une relation très étroite au cours des premiers mois et maintenant, elle est pour moi comme ma vraie petite sœur. Nous jouions ensemble tous les soirs, je lui faisais des gâteaux et elle m’apprenait l’espagnol.
Je me suis aussi très bien entendue avec mes parents d’accueil. J’apprécie beaucoup chez eux le fait qu’ils m’aient fait confiance dès le début et qu’ils m’aient laissé beaucoup de liberté. Ils m’ont traitée comme leur vraie fille, ce qui ne va pas de soi.

Troisième article

Pendant les premiers mois de mon année d’échange, j’ai été occupée à me construire une vie à l’autre bout du monde. Au début, j’ai fait beaucoup de choses avec ma famille d’accueil et ils m’ont aidé à m’adapter rapidement. Les week-ends, ils m’ont fait découvrir de nombreux endroits de la région et de la ville. Après quelques semaines, j’ai aussi entrepris de plus en plus souvent des choses avec des amis. Ils m’ont emmenée à des soirées, m’ont montré leurs restaurants préférés ou nous nous sommes rencontrés dans un parc. Pendant cette période, j’étais submergée de nouvelles impressions et de nouvelles connaissances et je devais encore découvrir qui, parmi toutes ces nouvelles personnes dans ma vie, étaient vraiment mes amis proches.

L’un des plus grands changements pour moi a été la nourriture. En Équateur, les gens mangent beaucoup de riz. Il y a une assiette de riz à chaque repas. C’était très fatigant pour moi et au bout de quelques semaines, j’en ai eu assez de tout ce riz. Mais il y a bien sûr aussi des plats sans riz en Équateur. Dans la région côtière où je vivais, les gens mangent aussi beaucoup de poisson, de bananes douces et de fromage. L’un de mes plats préférés est le „ceviche“. Il s’agit d’une soupe de poisson froide avec des oignons, des tomates, du jus de citron et, surtout, des chips de bananes douces („chifles“) que l’on ajoute en les écrasant. Cela peut ne pas paraître très appétissant et j’étais d’abord sceptique quant à cette soupe, mais elle est vraiment délicieuse.

La nourriture équatorienne est très différente de la nourriture suisse et il m’a fallu beaucoup de temps pour m’y habituer au début. Mais après quelques mois, je m’y suis habituée. Cependant, pendant les deux mois qui ont suivi mon année d’échange, j’ai refusé de manger du riz, car j’avais l’impression d’en avoir mangé assez pour toute ma vie 🙂

Deuxième article

Après mon premier mois en Équateur, j’avais déjà vécu plus de choses que pendant les six mois précédents à la maison. J’avais rencontré beaucoup de nouvelles personnes intéressantes et appris beaucoup de choses sur la culture. Ce premier mois a certainement été le plus excitant de mon année en Équateur. Je n’ai pas seulement dû m’adapter à un nouvel environnement et à une nouvelle famille, j’ai également dû lutter contre le changement d’école et me faire de nouveaux amis. Même si j’avais décidé de changer d’école, cela a été une étape très difficile. Je me suis certes sentie plus à l’aise dans ma nouvelle école et mes camarades de classe étaient tous très gentils, mais j’ai quand même eu du mal à me faire des amis au début. Mais j’ai essayé de ne pas me mettre la pression, car tout prend du temps.

L’un des points forts de ces premières semaines a été le premier voyage que j’ai pu faire avec le Rotary Équateur. Avec près de 60 autres étudiants d’échange du monde entier, j’ai passé cinq jours dans la ville de „Baños de Agua Santa“. C’est une ville célèbre dans les Andes équatoriennes avec de nombreuses attractions touristiques. J’y ai noué des amitiés pour la vie et j’ai beaucoup appris des autres jeunes. C’était super d’échanger avec des gens de mon âge qui se trouvaient exactement dans la même situation que moi.

Je me suis également senti bien dans ma famille d’accueil. J’ai essayé d’être toujours ouverte et intéressée par tout ce qui était nouveau. Ils se sont très bien occupés de moi et m’ont fait sentir dès le début que je faisais partie de leur famille.Les premières semaines ont été une montagne russe de sentiments et d’émotions. Mon humeur changeait d’heure en heure. Et pourtant, je n’ai jamais regretté d’avoir commencé cette aventure et j’avais hâte de découvrir tout ce que j’allais encore vivre en Équateur.

Premier article

¡Hola a todos!

Je m’appelle Anna et j’ai 17 ans. J’habite à Baden AG et je fréquente actuellement l’école cantonale de Wettingen. Pendant mon temps libre, j’aime rencontrer des amis ou faire du skate. L’année dernière, j’ai vécu dans le magnifique pays qu’est l’Équateur et j’ai pu y passer la meilleure année de ma vie. J’ai choisi ce pays d’Amérique latine parce qu’il a été présenté lors de la Country Fair en novembre 2021 et qu’il m’a tout de suite beaucoup intéressé. J’ai été fascinée par l’énorme diversité et la culture du pays.

Effectivement, le 28 août 2022, je me suis lancée dans la plus grande aventure de ma vie. J’ai dû dire au revoir à ma famille et à mes amis à l’aéroport de Zurich et je me suis mise en route pour l’Équateur avec deux autres étudiantes d’échange. Les jours précédant le départ ont été très émotionnels et excitants. J’avais beaucoup de doutes et aussi un peu peur, car je ne savais pas ce qui m’attendait dans ce pays étranger. Mais je me réjouissais aussi beaucoup de ce défi et j’avais hâte de rencontrer ma famille d’accueil.

Après 17 heures de vol, avec deux escales à Madrid et Quito (capitale de l’Équateur), nous avons atterri dans la ville portuaire de Guayaquil et avons été chaleureusement accueillis par nos familles d’accueil. J’ai vécu à Portoviejo. Une ville qui se trouve à trois heures de route de Guayaquil. Portoviejo est la capitale de la province de Manabi et se trouve à seulement 30 minutes de la côte Pacifique.

Dès le début, je me suis très bien entendu avec ma famille d’accueil. Même si je ne parlais pratiquement pas un mot d’espagnol et que les premières semaines, nous ne pouvions communiquer qu’avec le traducteur de Google, j’ai vite compris que je me sentais très bien dans cette famille. Ils ont pris beaucoup de temps pour moi et étaient ouverts à apprendre à connaître ma culture et moi.

La première semaine a été très excitante. Tout était différent de la Suisse : la nourriture, la langue, j’avais soudain deux sœurs plus jeunes, la culture… Mais le plus grand changement a sans doute été l’école. Deux jours après mon arrivée, j’ai fait mon premier jour d’école. Mes camarades de classe étaient très gentils et tout aussi excités que moi, car pour beaucoup, c’était la première fois qu’ils étaient en contact avec quelqu’un d’Europe. L’école était très religieuse. Les téléphones portables ou autres appareils électroniques devaient être déposés au secrétariat avant le premier cours et ne pouvaient être récupérés qu’après l’école, à 16 heures (j’ai toutefois pu garder mon téléphone pour le traducteur). Avant le déjeuner, les élèves devaient prier et ne pouvaient s’asseoir qu’après que le professeur principal ait béni le repas. Le fait que nous devions porter un uniforme était également nouveau pour moi.

Je ne suis toutefois restée que deux semaines dans cette école, car j’ai remarqué qu’elle n’était pas équipée pour accueillir des élèves d’accueil. Je suis très reconnaissante à mes parents d’accueil d’avoir rendu ce changement possible. Dès le début, je me suis sentie très à l’aise dans ma nouvelle école et j’ai très vite trouvé mes meilleurs amis, qui m’ont accompagnée tout au long de l’année.

J’ai trouvé cela très excitant de me plonger dans ce nouveau monde si différent du mien et j’ai su dès le début que je vivais quelque chose d’unique et de très spécial.